Doit-on prendre les textes au premier degré, ou s’aventurer plus haut, pour tenter de cerner l’univers très particulier de l’artiste ? L’on y parvient après quelques écoutes, appréciant alors une tournure d’esprit peu commune, une façon de penser intéressante, une écriture surprenante. La chanteuse trentenaire, originaire de Picardie, s’accompagne à la guitare, au ukulélé, à l’harmonica ou au piano.

Elsa Songis, LONGUEUR D’ONDES

 

Sophie Le Cam, au look et à l’attitude de Renaud, mérite d’être suivie.

Serge Beyer, LONGUEUR D’ONDES

 

Sophie Le Cam est toute jeune et sa sincerité impressionne. On l’imagine tombée dans la potion chanson dès l’enfance, fréquentant aussi bien les grands du répertoire que ceux de la marge.

LE FESTIVAL DE MARNE

 

Une écriture à la fois très féminine et très Renaud.

Olivier Bas, RECOMMANDE n°10

 

Sophie Le Cam est une jeune artiste qui mérite de se faire un nom, car elle propose des chansons bien construites et qui véhiculent des idées assez réalistes sur le monde d’aujourd’hui et sur les gens (…) Sophie se montre dans ce disque désabusée par la médiocrité du monde mais elle est aussi pleine d’empathie pour les gens gentils (…) Des chansons qui ne sont pas nombrilistes et regardent le monde tel qu’il est (…) Une belle chanson d’amour et de fusion, le regard amoureux concentre le monde entier dans une personne (…) La sympathie émane de ce petit CD.

François Bellart, RADIO PFM

 

Poignant et léger, j’ai lu ça en commentaire quelque part. La notion de gentillesse disparaît, s’estompe en ce moment, internet et l’air ambiant ont parachevé la volonté de dénigrement massif et perpétuel. C’est pourquoi, quand on voit passer, comme ça, une chansonnette sans prétention affichée, on accroche son jugement au porte manteau, on le laisse derrière soi pour aller boire ensemble les paroles de l’amitié. Ça fait du bien.

BLOG vincentdidier.net

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial